Log in

Le premier ex-frère du Pds à féliciter Macky SALL

Félicitation Monsieur Président de la République Macky Sall. A travers ma plume, je vous félicite en mon nom propre, au nom du Mouvement «Sopi 2019 » et au nom de tous les citoyens démocrates outillés de bon sens. Le contrat a été renouvelé dès le premier rendez-vous avec le peuple.

Les observateurs avertis ont très tôt compris que les élections ne pouvaient se terminer qu’avec une éclatante victoire du président Macky Sall. Il a bien travaillé, alors le résultat est là. Surpris par la beauté de la victoire, les adversaires du candidat sortant avaient du mal à se relever du lit le 25 Février 2019, tellement le choc a été brutal.

Au-delà des accusations fantaisistes d’une opposition divisée sans aucune perspective sérieuse, qu’est-ce qu’ils ont fait pour espérer battre le candidat sortant ? Pendant plusieurs années, Idrissa Seck et ses acolytes ont passé le plus précieux de leur temps à diaboliser le Chef de l’Etat dans les réseaux sociaux et dans le confort de leur salon qu’ils refusent de quitter. Leur téléphone portable est leur seul moyen pour conquérir le pouvoir.

Les adversaires de Macky SALL ont fait des «FAKES NEWS », leur arme de destruction massive. Toute leur stratégie politique s’articule autour des manipulations à outrance, des Fakes news insidieux et des intox sans gain. Et pendant tout ce temps, le président Macky Sall enchaîne ses réalisations, inaugure des projets, décroche des financements, signe des accords, finance des chantiers au bénéfice des populations. Combien de fois, depuis 2012, le président Macky Sall a fait le tour du Sénégal à l’occasion des Conseils des Ministres décentralisés, de ses tournées économiques et de ses visites de proximité auprès des populations ? C’est aussi le lieu de saluer à juste raison, le travail remarquable réalisé par son épouse Mariéme FAYE SALL à Dakar et à l’intérieur du pays en apportant son soutien aux populations démunies. Certains parlent même de l’apport consistant de la première Dame dans la victoire de Dakar.

Le peuple sénégalais est conséquent et conscient. Depuis 1960, les électeurs ont toujours voté utile, c’est-à-dire avec le bon sens et dans l’intérêt du pays. En 2007, Me Abdoulaye Wade avait remporté les élections au premier tour face à une opposition trompée par la surmédiatisation de son discours hostile. Ils avaient fini par boycotter les élections législatives par peur de perdre encore.

Il faut qu’on revienne à la raison. Car, une élection c’est juste une compétition entre gentlemen. Et chaque partie doit respecter les règles du jeu. Monsieur Idrissa Seck ne comprendra jamais qu’une élection ne se gagne pas le dimanche du scrutin. Il y a tout un travail d’organisation, de planification et de sensibilisation à faire 12 mois voire 24 mois avant la tenue du scrutin. Mais jamais, l’ancien premier Ministre ne s’est impliqué par exemple dans les séances d’inscription et de retrait des cartes d’électeurs pour sensibiliser ses sympathisants.

Le président de la Coalition «IDY2019» ne prend aucune initiative électorale pour remporter une quelconque élection. Il se contente des mots pompeux qu’il jette à la figure de l’opinion pour amuser les réseaux sociaux et les groupes whatsapp. Nous l’invitons juste à dilater sa poitrine pour accepter l’évidence c’est-à-dire que Macky Sall n’est pas son égal ni sur le plan politique, ni intellectuel.

Avec ses alliés de circonstance (il s’apprête déjà à aller se réfugier à Paris), le leader de Rewmi rejette les résultats provisoires de la présidentielle. Nous le savions à l’avance, car ces opposants ont toujours tout rejeté depuis que Macky Sall est devenu président de la République en 2012.

Ces opposants nagent dans l’incohérence et la contradiction. Idrissa SECK dit que les résultats ont été commandés par le candidat sortant. Le sachant, devraient-ils alors participer aux élections ? Mais ils attendent de perdre pour hurler faisant semblant d’être surpris par leur défaite. A quoi cela devrait-il servir alors ? Pourquoi allez-vous aux élections si on est certain de sa défaite ?

Idrissa Seck devrait partir par la grande porte en félicitant son frère Macky Sall qui a remporté le scrutin sans bavure. La défaite de l’opposition était prévisible puisque nous n’étions pas seuls entre quatre murs. L’Union européenne, les Etats-Unis, l’Union africaine, la Société civile ont tous déployé des Observateurs pour veiller sur la sincérité de l’élection présidentielle. S’y ajoutent les regards vigilants des agents de la CENA, de l’Administration et de la presse qui a abattu un travail remarquable tout au long du processus électoral.

Jamais une élection n’a été aussi bien organisée et transparente au Sénégal. Mais en Afrique, une élection n’est transparente aux yeux des opposants que lorsque celle-ci la gagne. Au Nigéria, Buhari vient d’être réélu au premier tour, alors l’opposition crie à la mascarade en déposant un recours. Il faut qu’ils contestent, on n’y peut rien. Les opposants africains, surtout les sénégalais veulent jouer sans perdre. Et pour eux, accepter sa défaite, c’est faire montre de faiblesse. En vérité, ils n’ont pas la grandeur de Me Abdoulaye WADE, qui en 2012, avait appelé au téléphone son adversaire pour le féliciter dès 21h.

La presse internationale est en train de relater la belle victoire du président Macky Sall, mais aussi le manque de sportivité de ses adversaires. Et c’est dommage. Toutefois, la bonne santé de la démocratie sénégalaise vivante et vitale est saluée par toutes les démocraties de la planète.

Le président Macky Sall est mieux élu en 2019 qu’en 2012. Sa légitimé est absolue c’est ainsi que l’a voulu le peuple sénégalais. En 2012, il était élu avec 1.909.244 voix soit 65,80% avec un taux de participation de 55%. Cette année, le président Macky Sall est réélu avec 2.516.398 voix soit 58,27% avec un taux de participation de 65,83%. Le bon qualitatif est frappant.

Tournons cette page des élections et jetons un regard sur les perspectives d’avenir. Car des défis immenses nous attendent. Bientôt, les retombées de la seconde phase du PSE seront senties par les populations dans tout le pays et même au-delà.

Le président Macky Sall bénéficie de la confiance de nos partenaires au développement et nous vivons dans un pays stable avec un environnement des affaires attractif. Le Groupe Consultatif avait déjà dégagé un financement de plus de 7.000 milliards de FCFA, de même que les Etats-Unis qui ont financé la seconde phase du MCA à hauteur de 600 millions de dollars. Ce second mandat sera celui de la consolidation des acquis économiques en faveur de la Jeunesse et des Femmes.

Enfin, ne désespérons pas. Nous pensons qu’Idrissa SECK aura la grandeur d’envoyer au moins un «SMS» pour féliciter son frère Macky Sall à l’image de certains Chefs d’Etat qui ont déjà commencé à saluer sa réélection.
Le nouveau départ est sifflé. Dakar le 28 Février 2019
Vive le Sénégal
Samuel SARR
Président du «Libéralisme Social Sénégalais »

Subscribe to this RSS feed