Log in

Les derniers instants d'un Premier ministre...

Le nouveau Garde du Sceau, Ministre de la Justice  explique ce samedi au peuple à travers le Parlement, pourquoi la modification de 22 dispositions de la Constitution. « Je connais là où il y a les problèmes (…). Je connais les gens de la Justice (…). Je suis un homme libre. Je ne répondrai que de la loi et du président de la République », ainsi déclarait Malick Sall au lendemain de sa nomination. Aujourd’hui, on en saura un peu plus sur sa ligne de conduite en défendant le projet de réforme le plus débattu au Sénégal. Me Malick Sall entre ainsi dans l’histoire pour sa plaidoirie très attendue des députés en plénière ce samedi pour la suppression du poste de Premier ministre. En lieu et place du cours magistral que dispensait le Pr Ismael Madior FALL du haut du perchoir, la défense du Projet de loi constitutionnelle n°07/2019 portant révision de la Constitution est assurée par l’avocat. Il sera peut être le dernier ministre de la Justice à défendre un projet de réformes majeur. Des réformes proposées par le Chef de l’Etat à la suite de sa réélection pour être en conformité avec le mode « Fast track » qui consiste à aller très vite dans la production des résultats.

"Des reformes seront introduites, dans les prochains jours, à travers un projet de loi. Si le projet est voté, le poste de Premier ministre sera supprimé" avait annoncé Mouhamed Boun Abdallah Dionne. Il vit ainsi les derniers instants de la station primatorale. Dionne va quitter la Primature dès le vote de la loi pour reste Ministre d’Etat et Secrétaire de la Présidence.

Planète24.sn

Après le Gouvernement, Macky SALL resserre les dépenses de l’Etat

Des réformes tous azimuts sont entreprises par le chef de l’Etat qui vient de faire adopté en conseil des ministres de ce Mercredi, un projet de loi portant révision   de la constitution. Au-delà des     changements institutionnels envisagés, une réduction drastique du train de vie l’Etat est prévue dans ce deuxième mandat du Président SALL.

Après le resserrement du Gouvernement, le Président Macky SALL trace la voie d’un ajustement structurel. A la suite des « résultats satisfaisants concernant la rationalisation des charges locatives de l’Etat », il instruit le gouvernement « de réduire au strict minimum les locations à l’horizon 2020 ». Les charges courantes de l’administration notamment celles de l’eau, de l’électricité et du téléphone sont concernées par ces mesures.

En effet, un nouveau cadre réglementaire portant sur les modalités d’abonnement, d’utilisation et de paiement des charges courantes de l’administration sera défini. Une proposition sera faite au plus tard le 1er août 2019 par le Premier Ministre.

Pour réduire les charges de l’Etat, le dispositif réglementaire sur les conditions d’acquisition, d’affectation, d’utilisation et de cession des véhicules administratifs sera également revu. Des instructions sont données au Premier Ministre pour « étudier la possibilité de remplacer les dotations budgétaires en carburant, entretien et réparation de véhicules par des indemnités représentatives ».

Par ailleurs, une stratégie de valorisation et d’optimisation patrimoine foncier bâti et non bâti de l’Etat sera sur la table du Chef de l’Etat au plus tard le 1er septembre 2019. Les chamboulements seront également intervenus dans la diplomatie avec la mise en place de nouveaux passeports diplomatiques  « en vue d’une plus grande rationalité dans leur octroi ». L’ensemble des réformes et mesures seront  précédées d’une première loi de finances rectificative conforme aux nouvelles priorités de son mandat.

Planete24.sn

Remaniement: ABC « nomme » son Premier ministre, Macky veut supprimer le poste

A travers une petite note distillée dans la presse, ABC tresse des lauriers au Premier sortant à qui il souhaite une reconduction. « Je ne formule qu’un vœu et un seul, c’est de te voir être confirmé, à nouveau et pour tout le quinquennat qui démarre, au poste de Premier Ministre du Sénégal » écrit l’ancien Ministre des affaires étrangères. Il assume toute son amitié avec le Président SALL « qui ne s’est pas trompé » en choisissant à la tête du Gouvernement pendant 5 ans.

Me Cissé se fait l’avocat de Mouhamed Boun Abdallah DIONNE, en soutenant par ailleurs que « le Sénégal a pleine conscience » qu’il lui a rendu « d’éminents services avec en constance l’amour et le respect dus au Président de la République ». Il évoque sa loyauté, son efficacité et son pragmatisme. Pour lui Dionne n’a jamais voulu « mélanger ni les genres, ni ménager aucun effort » pour l’atteinte des objectifs qui lui étaient fixés.

Partira, partira pas…Le poste de Premier ministre sera supprimé au prochain Conseil des ministres selon le quotidien qui livre l’information. Ainsi, d’après les mêmes sources le chef du gouvernement sera Macky SALL qui himself. Un choix stratégique pour aller vite dans les prises de décisions. Ce quinquennat sera celui des réalisations pour ceux qui soutiennent cette thèse. Si Boun Dionne sera reconduit c’est pour assurer la transition en attendant la promulgation de la loi. En effet, les consultations démarrent ce samedi pour la composition des nouveaux membres du Gouvernement.

Planete24.sn

Le Rendez-vous Royal de l'envoyée spéciale de Macron à Dakar...

La plus sénégalaise des hautes personnalités françaises, Ségolène Royal, va représenter le président Emmanuel Macron pour l’investiture du président Macky Sall. Selon le communiqué de l’Ambassade de France, l’ancienne Ministre de l’Environnement sera en visite au Sénégal du 1er au 3 avril pour participer à la cérémonie d’investiture le 2 avril.

La Présidente de la Cop 21 et ambassadrice  pour les pôles Arctique et Antarctique, Mme Royal va animer, le lundi 1er avril, une conférence à l’ENA sur le thème « La place de l’Afrique dans Et après l’accord de paris sur le climat ».  

La question de la restitution des biens culturels, un engagement du Président français, sera également évoquée au cours de son séjour à Dakar. En effet, Ségolène Royale va s’entretenir sur ce sujet avec des experts sénégalais.

La native de Ouakam a choisi le Sénégal pour dévoiler le contenu de son livre « Ce que je peux enfin vous dire ». Elle va se confier aux sénégalais après sa visite au Musée de la Femme Henriette Bathily à la veille de l’investiture du Président Sall.

Elle envisage également d’inaugurera en Casamance trois maternités solaires à Linkering, Paroumba et Thiewal Lao, réalisées sous l’impulsion de sa fondation DA Planète dans la continuité de la COP21.

Ibrahima Benjamin DIAGNE

  • Published in Faits

Dernier conseil des ministres: tel un entretien d'embauche

Le Conseil des ministres de ce mercredi sera certainement le plus long dans le septennat du Président Macky Sall qui doit passer en revue l’ensemble des activités du Gouvernement avec son Premier ministre et son équipe. Un examen minutieux des dossiers sera fait, les ministres écoutés avec attention et notés sans indulgence. Il s’agit d’un examen qui ne dit pas son nom pour les membres du Gouvernement Dionne 2 convoqués, comme à l’accoutumée au banquet à la salle Bruno Diatta pour une dernière des activités.

Ce dernier face à face entre le Président de la République et l’équipe de Dionne, à l’image d’un entretien d’embauche sera déterminant dans la carrière des ministres. Pour certains? c’est un adieu, pour d’autres un simple au revoir en attendant la mise en place du nouvel attelage.

Nommé Premier ministre du Sénégal depuis 6 juillet 2014 et reconduit en 2017, Mahammad Boun Abdallah DIONNE a battu le record de la longévité à la Primature depuis 2000. 4 ans et 9 mois à la tête du Gouvernement, le Premier ministre fait son bilan quinquennal à l’occasion du dernier conseil des ministres de ce Mercredi.

planete24.sn

Monsieur le Président ; et si on dialoguait entre nous aussi

Le 24 Février 2019 a vécu, et ce jour a fini d’être archivé dans l'histoire et la trajectoire politique du Sénégal. L’heure est désormais á la réflexion et aux projections pour la mise en œuvre des promesses tenues lors de la campagne. Il n’y a pas certes de vaincus ; seul le peuple sénégalais est sorti vainqueur de ces joutes électorales en renouvelant sa confiance au Président Macky SALL, dans le calme et la sérénité, pour un second mandat de 5 ans. 

Si en Espagne des sénégalais se sont mobilisés pour porter leur choix sur Maitre Alioune Badara CISSE au poste de Premier Ministre ce n’est rien d’autre qu’une façon pour une partie de cette communauté de témoigner toute leur gratitude a l’égard de Maitre CISSE. En effet, lors de son bref passage au Ministère des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, ABC avait fait sa première sortie en Espagne plus précisément à Alicante pour décanter in extremis une situation qui était très tendue entre autochtones et sénégalais. Sa visite de courte durée avait permis à ces sénégalais d’obtenir des acquis considérables allant dans le sens d’améliorer leurs conditions d’existence.  Et depuis lors, des sénégalais ont pu forger avec ABC des relations particulières qui se bonifient au fil des années. A Murcia où vivent plus de 3000 sénégalais, ABC est la première autorité venue du Sénégal à parcourir des centaines de kilomètres pour venir communier avec eux, les écouter exprimer leurs doléances pour ensuite essayer de trouver des solutions.

Aux Iles Canaries, Maitre Alioune Badara CISSE n’est point en terres étrangères, de Tenerife à Las Palamas en passant par Fuerteventura, ABC entretient d’excellentes relations non seulement avec sa communauté mais avec presque toutes les autorités insulaires. Ces  relations toutes particulières ont d’ailleurs permis de faire du Sénégal le pays  hôte lors de la toute dernière  édition d’ Africagua tenue en novembre 2018 à Fuerteventura. Et la liste est loin d être exhaustive. .C’est pour dire qu’au Royaume d’Espagne ABC compte un peu partout des amis et des sympathisants qui lui vouent admiration ; respect et considération pour ces multiples services rendus. De toute évidence, si le candidat Macky SALL est sorti victorieux de cette récente élection présidentielle à l’archipel des Canaries il le doit à notre médiateur qui n’a jamais oublié que les sénégalais de la Diaspora sont des sénégalais à part entière et non des sénégalais entièrement à part.


Aujourd’hui le président élu appelle au dialogue et à la reconstruction, et le préalable le plus en vue semblela réhabilitation, sinon la réconciliation de toute la classe politique. Nous encourageonscette démarche et comme tout le monde, nous souhaitons que la paix sociale règne dans ce pays, car c'est une condition sine qua non pour toute entreprise de développement. Le Président Macky SALL a fort à faire dans ces moments où lui seul aura l'opportunité de faire reset sur la gouvernance passéepour mettre sur pied une nouvelle équipe dynamique, nécessaire à la réussite de son mandat. Pour ce faire, le président aura besoin de s’entourer d’hommes et de femmes de son parti capables de faire triompher les idéaux du YONU YOKUTE qui constituent le socle,la base solide du Plan Sénégal Émergent et dont Maitre Alioune Badara CISSE (ABC) reste un des principaux acteurs. 

L’heure est donc venue pour le Président Sall de se départir des contingences politiques et d’ouvrir unenouvelle ère qui s’inscrit dans le réalisme politique. Ce quinquennat doit être placé sous le sceau de la réconciliation et du pragmatisme pour amorcer un développement inclusif et durable á tous niveaux ; les chantiers sont énormes et les attentes sont nombreuses.  Dès lors, aucun tricotage de l'heure ne peut nous faire oublier la longue marche avec Maitre Alioune Badara CISSE, un homme de devoir et de conviction dont les qualités morales et intellectuelles ne sont plus á démontrer.  Ce dernier qui a été sur tous les fronts a sacrifié privilèges et avantages dans le seul but de voir son ami accéder un jour á la magistrature suprême.

 Il est certes vrai que ABC ne réclamera jamais quoi que ce soit mais nombreux étaient les sénégalais qui le voyaient déjà au poste de Premier Ministre lors de votre première mandature mais en bon croyant il a accepté la volonté divine même si la déception était grande du côté de ses militants et sympathisants. Toutefois, la confiance que vous avez placée en lui pour le nommer au poste de Médiateur de la République duSénégal a su démentir toutes les calomnies etautres diatribes jadis orchestrées contre lui, et auxquelles il a dû faire face avec courage et abnégation. De la Médiature, Maître Alioune Badara CISSE de par son savoir-faire et ses capacités intellectuelles a su insuffler une nouvelle dynamique àl’institution qui, dans un passé, n’était pas très bien connue du public sénégalais. Ce travail de réceptacle et de récriminations mené au sein de la Médiature en un temps record le positionne aujourd’hui comme personnalité médiane pour conduire en tant que Premier Ministre le dialogue et désamorcer les futures bombes sociales. ABC est une valeur sûre, un homme des grands défis.

 Mr le Président vous avez compris tout l’intérêt que vous pouvez tirer de la nature consensuelle de Maitre CISSE : ses alertes sur différents points de crispation ont désamorcé de nombreux conflits sociaux et économiques.Et parfois cela n’était pas compris par certains tenants des pouvoirs publics.  Aussi, pour conduire les affaires politiques de l’APR, il faut un homme compétent et consensuel, et ABC, au-delà de ces qualités, jouit d’une légitimité historique sans conteste. Nous devons à l’histoire de rappeler ici, que nombreux sont ceux qui ne prennent leurs décisions que forts de ses conseils et de ses appuis ; et même siABC a gardé la neutralité due à son rang de Médiateur, nous n'avons jamais rien entendu ou interprété venant de sa part, qui ressemble à de la médisance ou à un discours malveillant. Au contraire bon nombre de militantsde l'APR qui s'abreuvent encore des orientations et conseils de ce brillant intellectuel ont trouvé chez lui la motivation, la force et la dignité du combat pour votre réélection.

De ce point de vue beaucoup pensent à présent que la première des réhabilitations doit commencer à l'intérieur de la Maison APR par redonner à ABC sa vraie place. Nous sommes de ceux qui pensentque personne mieux que lui ne peut fédérer au sein de l’APR pour relever de futurs défis. Le moment est donc venu, Monsieur le Président, de nommer Maitre Alioune Badara Cissé au poste de Premier Ministre pour ses compétences et ses capacités de traduire en actes concrets toutevotrevisionpour un Sénégal émergent. Le talent et la compétence ne doivent surtout pas perdre leur place et nous attachons du prix à les voir rayonner durant la gouvernance prochaine.

Cet homme ne peut compter pour moindre et il doit retrouver sa place car il porte merveilleusement bien le manteau de la réconciliation nationale qui doit parfaire une marche apaisée vers 2024. C’est aussi cela la réalité du parti, et nous porterons cette bonne parole partout où besoin sera pour la survie du parti. Les ABCdaires ont combattu dans la douleur, parfois démunis et éloignés de tout, mais ils font partie de cette victoire appréciée. L'heure est venue de nousparler avec sincérité et de retourner à chacun la place qui est la sienne. Quelqu'un a écrit fort justement que « L'APR a une histoire, et ceux qui veulent la passer outre ne feront pas l'avenir de ce parti ». Trop de bruyants incompétents ont fini de disséminer la haine et la dispersion dans l’APR. Il va falloir faire le tri ; Pari on ne peut plus difficile mais pas impossible.

 Si Podemos !

Vive le Sénégal !

La Convention Internationale des ABCDAIRES / Section Espagne.

  •  

Robert Bourgi suspendu en France, il lui reste au moins cette haute distinction

Décoré à la légion d’honneur en 2007 par  Nicolas Sarkozy, Robert Bourgi, l’homme qui avait offert des costumes au candidat de la droite François Fillon, s’est vu retiré pour 5 ans ces prestigieuses insignes. Né le 4 Avril à Dakar cet ancien pensionnaire du Lycée Lamine Gueye ex Van Vollenhovendéclare qu’il « n’en veut plus ». Le Français d’origine libabo-sénégalaise se contente alors de ses insignes de commandeur de l’ordre national du Lion, obtenues en 1999 sous le magistère du Président Abdou Diouf. Cette décoration a été officiellement remise par le Président Macky Sall en 2015.

Suspendu 5 ans du port de sa Légion d'honneur par décret du président de la République, paru le 8 mars au Journal Officiel, l'avocat Robert Bourgi 74 ans, demande au Grand Chancelier français de lui retirer définitivement cette décoration. Le Français d’origine libano-sénégalaise ne juge pas necessaire de la porter à 79 ans. « Je n’en veux plus, c’est pour les œuvres que je finançais à l’échelle de mes moyens tous les ans. Je ne suis pas membre de la Légion d’honneur, je suis affecté, surpris et un peu déçu…  » déclare-t-il au micro de RTL.

Robert Bourgi avait été condamné le 18 décembre par le conseil de discipline du Barreau de Paris. Ses confrères avocats lui reprochent à ce symbole de la FrançAfrique, d’avoir donné "une image violente, vulgaire et cynique, de nature à nuire à l'image de la profession".

C’est pourquoi l'avocat Robert Bourgi a été suspendu pendant cinq ans du port de sa Légion d'honneur par décret du président de la République, paru le 8 mars au Journal Officiel.

Planete24.sn

  • Published in Faits

Comment Sonko a gagné la région de Ziguinchor à la présidentielle du 24 Février 2019

Dès la publication des résultats confirmant la victoire d’Ousmane Sonko à l’échelle régionale, des acteurs de la scène politique l’ont interprétée sans aucun sens de la nuance ni du dicernement, comme étant la conséquence du vote affectif, identitaire, régionaliste…Point de vue que nous ne partageons guère.

D’un point de vue général, la région de Ziguinchor a une particularité lisible sur sa trajectoire historique : Une société acéphale, égalitaire, tolérante, vertueuse et qui incarne le refus, la résistance face à toute forme de domination ou d’injustice.

A titre illustratif, cette partie du pays est citée en référence en matière de tolérance : mariages mixtes (inter ethnique et inter religieux ; cimetières mixtes où chrétiens et musulmans acceptent d’être enterrés côte à côte ; populations polyglottes, car maîtrisant plusieurs dialectes ; aucune discrimination socioéconomique entre les hommes puisque la société est égalitaire.).

Cette forme d’organisation sociale fait que l’homme ne vaut que ce qu’il cultive : il n’ya ni contraintes ni atouts congénitaux. Les rapports sociaux sont horizontaux et non verticaux. L’individu ne peut formuler d’injonction ni de mot d’ordre vis-à-vis de son semblable. Les décisions sont prises par le groupe.

Ce bref rappel de la particularité d’une partie de la population casamançaise va peut-être  aider certains parmi nous à avoir une meilleure lecture de certains de ses comportements.

Comment une société présentant ces caractéristiques peut-elle être soupçonnée d’avoir une attitude intolérante au point de rejeter les autres candidatures au profit de celle supposée d’un de ses fils ?

Nous répondons que c’est simplement une vue de l’esprit, une déduction simpliste car mécanique.

L’histoire politique du Sénégal montre suffisamment que la région sud et particulièrement celle qui correspond à la Basse Casamance a toujours été le théâtre de bien de déroutes des pouvoirs .Les raisons évoquées relèvent de l’injustice ou de l’iniquité. Quelques cas peuvent être cités à titre illustratif : En 1978 Feu Laye Diop Diatta membre de l’UPS d’alors victime d’une injustice a rallié le PDS et remporté une victoire aux locales et est devenu un opposant maire de Oussouye.

En 1988, le même scénario s’est produit dans le département de Bignona où des supposées injustices dont une des tendances du PS aurait été victime ont permis au PDS (parti d’opposition)de remporter les élections législatives ; Ce même scénario va encore se reproduire lors des élections locales de 1996 où And Jef de Landing Savané (opposition)a gagné le département de Bignona.

Un autre exemple très récent : il s’agit des élections locales de 2014, où la coalition Benno Bokk Yaakar au pouvoir, a essuyé une lourde défaite au niveau des départements de Ziguinchor et d’Oussouye.Ces élections opposaient des fils du même terroir. Peut-on évoquer un quelconque argument affectif, identitaire ?

Lors des dernières législatives, Ousmane Sonko bien que tête de liste nationale de sa coalition et natif de Ziguinchor n’a gagné aucune collectivité locale de la Casamance. Il n’a obtenu environ que 5000 voix sur un total de 37000 voix. Est-ce à dire que les casamançais ne le portaient pas dans leur cœur ? Non !

Rares sont les collectivités locales qui défient l’autorité du pouvoir central (jusque dans un passé encore récent.). Tel ne semble pas être le cas en Casamance.

Les victoires aux élections municipales de 1978(à Oussouye) et aux législatives de 1988(Bignona) et celle de And Jef à Bignona lors des locales de 1996 ne peuvent être interprétées à partir d’une banale approche. C’est au contraire la preuve que les populations de cette partie du pays sont très sensibles à l’injustice et restent allergiques à toute forme de complicité ou de compromission.

En définitive, la percée de Ousmane Sonko à un niveau général et sa victoire dans la région de Ziguinchor doivent être perçues comme le fruit d’un travail qualitativement élaboré : C’est le sacre d’une offre politique en rupture totale avec des pratiques à l’origine des maux qui gangrènent notre cher Sénégal et qui sont à l’origine de notre mal développement.

Cessons de verser dans un chauvinisme aux antipodes de la moralité. Reconnaissons à Ousmane Sonko son mérite .Car dans l’histoire politique du Sénégal et de Ziguinchor en particulier jamais un leader n’a réussi un si important maillage politique .Les prédécesseurs de Ousmane Sonko en Casamance avaient des partis qui se confinaient dans l’étroit périmètre soit d’un village soit d’une commune, d’un département ou de la région.

Après seulement 60 mois d’existence, Ousmane Sonko est monté sur le podium national. C’est la preuve qu’il n’est pas une propriété des casamançais mais un patrimoine national et africain.

Ses idées ont fini d’irriguer bien des cerveaux et ouvrent de nouvelles perspectives pour le bonheur du Sénégal et de l’Afrique.

N’attendons pas sa mort pour reconnaitre sa valeur et sa pertinence (à travers les baptêmes d’édifices publics. une hypocrisie du reste caractéristiques des autorités sénégalaises. Il a fallu attendre la mort de Cheikh Anta Diop et tant d’autres, pour enfin reconnaître leur valeur).Encourageons le pendant qu’il est encore vivant. C’est tout le sens qu’il faut alors donner à celles ou ceux qui ce 24 Février 2019 ont voté pour ce plus jeune candidat à l’élection présidentielle. « Aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre des années. »

Abdou Sané ancien député

Conseiller Départemental de Ziguinchor

Email : Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Téléphone : +221701059618

Boucotte Sud Ziguinchor/Sénégal

Subscribe to this RSS feed