Log in

Médias croisés: Affaire Dr Mamoudou Barry, une mort qui intrigue!

Les circonstances de la mort de Dr Mamoudou Barry restent non encore élucidées. Certains pensent qu'il est mort pour avoir supporté le Sénégal, d'autres vont plus loin en affirmant qu'il est tué par des supporters algériens. Mais les quelques sites français parcourus et le communiqué officiel de l’équipe de recherche de Thinking Africa dont il est membre, ne disent rien sur le mobile ou les auteurs de ce "crime". Les journaux français parlent de la mort de Mamoudou Barry à la suite d'une altercation violente. La presse guinéenne, dans un premier moment a été plus affirmative. Africaguinee.com a indiqué que Dr Barry est pris en parti par des supporters algériens avant de succomber à ses blessures.

Le Profil du belligérant

Dans quelles circonstances Mamoudou Barry, enseignant-chercheur guinéen a-t-il été tué ? S'interroge depuis quelques heures le site africaguinee.com avant de préciser que Selon un de ses proches qui s’est confié à un journaliste du même organe, "ce brillant universitaire a été victime d'une agression verbale puis physique d'une extrême violence qui lui ont causé des lésions cérébrales et l'ont mis dans un coma profond dès la soirée du 19 juillet". Selon d'autres informations relayées par la presse locale de Rouen muette sur le profil du belligérant, "la victime se trouvait en voiture, avec sa femme. Il était arrêté à un feu rouge, quand il a eu une discussion houleuse avec un piéton ". De toutes les façons, un rapport de l’Ambassade de Guinée en France est attendu dans les prochaines heures pour donner les détails de ce "meurtre" ou "assassinat". Il s'agit donc d'affaire très sensible lorsqu'on évoque  la CAN qui est une activité supranationale,  la France où se déroulent les événements,  la Guinée,  l’Algérie et le Sénégal... C'est plus qu'une affaire franco-guinéenne, les enjeux diplomatiques sont énormes.

C'est embarassant pour la France!

Les circonstances de cette mort reste encore floues d'après France 3 qui souligne que le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner sur les réseaux sociaux, assure que "tout est mis en oeuvre pour identifier et interpeller l'auteur de l'agression qui a coûté la vie à Mamadou (sic) Barry. Il appartiendra à la justice de faire toute la lumière sur cet acte odieux. Mes premières pensées vont à ses proches dont je partage l'émotion et l'indignation". Du côté du Sénégal, le Président Macky Sall réagit sur sa page facebook. "Je condamne le crime odieux perpétré contre Mamadou Barry, un citoyen guinéen en France, suite au match Sénégal/Algérie. Je présente mes sincères condoléances à sa famille éplorée, au peuple frère de Guinée et au Président Alpha Condé" écrit le Chef de l’État. Ce dossier est brûlant dans la mesure où la victime est un jeune chercheur, un brillant intellectuel, avenir d'un continent entier.

Le jeune chercheur venait d'enquêter sur les ressources minières, gazières, sur la fiscalité et sur les investissements étrangers. Ses collègues nous précisent que ce docteur en Droit de l’Université de Rouen Normandie, a soutenu une brillante thèse sur “Les politiques fiscales et douanières en matière d’investissements étrangers en Afrique francophone : le cas du secteur des ressources naturelles extractives”, le 27 juin 2019. Dans un communiqué publié sur leur site https://www.thinkingafrica.org/V2/mamoudou-barry/, ils indiquent que "ses recherches ont été unanimement saluées par le jury comme une œuvre pionnière dans le domaine. Ainsi, par dérogation à l’arrêté du 25 mai 2016 qui supprime les mentions, il a été décidé exceptionnellement, à l’unanimité du jury, de lui accorder la mention très honorable avec les félicitations du jury." lit-on dans le document rendu public par l'équipe de recherche Thinkingafrica.

Ils disent avoir perdu " un homme de valeur, de consensus, un conciliateur, un brillant intellectuel pluridisciplinaire". Dr Mamoudou Barry est décédé samedi 20 juillet après avoir passé quelques heures dans le coma.

Ibrahima Benjamin DIAGNE

Media

Last modified onvendredi, 26 juillet 2019 12:15