Log in

Le destin du Sénégal entre les mains du peuple...

 L’élection présidentielle du 24 février revêt de véritables enjeux qui présagent une recomposition de l'échiquier politique.  Cette fatidique compétition électorale cristallise toutes les passions, pressions  alliances et incertitudes. Elle devrait ainsi consacrer la mort ou survie politique des uns et des autres.

Le "stratège " Macky Sall devra faire face au "revenant" Idrissa Seck, au "révolutionnaire " Ousmane Sonkho, à "la révélation des législatives" Issa Sall et au "sympathique néophyte "Madické Niang. "Le candidat imaginaire "Wade s'invite aussi à la course. La popularité et l’opiniâtreté du "président opposant" semblent constituer un bémol à l'hégémonie politique du leader de Benoo yakar. Ses appels au boycott pris au sérieux par le pouvoir cachent mal l'obstination d'un grand "renard" qui manœuvre de fort belle manière pour porter ombrage à son ancien premier ministre. Invité à Conakry, Wade s’est-il exilé, le temps d’une élection ou négocie une sortie honorable ? Ou est un recul oiur mieux sauter? Pendant ce temps, Idy qui joue son avenir politique rêve  une consigne de vote de Wade eu égard l'accueil chaleureux qui lui a été réservé à Dagana par les partisans d'Omar Sarr. Comme disait Sartre, " tout non choix est un choix". Toutefois, la neutralité "suspecte" de Bamba Fall et d'Aida Mbodji obéirait à des calculs politiciens qui faussent l'idéologie politique. De toute évidence, ces élections sont parties pour être âprement disputées par le Président Sall ragaillardi par les fortes mobilisations, Idrissa Seck ressuscité par une grande coalition et Ousmane Sonkho resté ferme dans son discours révolutionnaire. Le peuple souverain et vigilant décidera enfin de son destin loin de toute velléité de violence et de vengeance.

Boy Thialky

Last modified onlundi, 18 février 2019 08:31