Log in

Six programmes pour developper Kaolack selon le candidat Ousmane Sonko

Le leader du Pastëf s’engage pour six (6) programmes pour développer le Saloum. Pour le candidat Ousmane Sonko, ils sont nécessaires à l’émergence de la région de Kaolack..
 

Ces programmes s’articulent d’abord autour du dragage et de l’extension du littoral pour faciliter la navigabilité dans les eaux du Saloum. Un projet qui sera adossé à zone franche commerciale et une plateforme de redistribution et de transit dans le but de garantir le fonctionnement à merveilles des secteurs agricoles, commerciaux et le transport. C’est une volonté de faire de Kaolack une ville industrielle pour offrir une place à la transformation des produits tirés de l’agriculture, la pêche, l’artisanat entre autres et développer toute une valeur ajoutée dans la production de manière générale tout en offrant aux jeunes un emploi décent. Pour Ousmane Sonko, le potentiel industriel de la région de Kaolack est visiblement large si bien qu’il est possible aujourd’hui de faire de cette contrée un pôle industriel à côté du pôle commercial.
 
Le 3e engagement que Sonko a pris a trait à la réhabilitation du réseau hydraulique urbain. Une vision qui, selon lui, est assez mûrie pour régler et de manière définitive la problématique de l’eau, une question de santé publique, dit-il. Car, «rien ne sert à bâtir toute une modernité dans la ville de Diamniadio alors que, sur le terrain, les populations n’arrivent plus à faire éduquer et instruire leurs enfants, à bénéficier d’une prise en charge médicale adéquate et manger à leur faim et boire à leur soif. Ce sont là, les questions majeures qui intéressent le peuple sénégalais», estime-t-il. Sonko jure respecter ces promesses dès son élection à la présidence de la République.
Il s’y ajoute la reconversion de Kaolack en un creusée de l’intégration sous régionale et du brassage culturel. «On n’a plus le droit de penser développer le Sénégal à partir de Dakar. Kaolack est un melting-pot qui regroupe une diversité de nationalités à cause de la proximité avec la Gambie et le Mali. Nous avons pensé, dans notre programme, développer à partir de Kaolack un pôle qui va s’élargir jusqu’en Casamance. Et, à partir de là-bas, nous orienter vers la sous région pour pouvoir développer et surtout renforcer notre diplomatie avec les deux Guinées et la Gambie». Par conséquent, le candidat de la Coalition «Sonko président»  retient que «Kaolack doit surtout jouer un rôle de zone tampon entre le Sud et le reste du Sénégal».
 
En outre, Sonko se propose de restituer à cette région sa vocation de bassin arachidier. Ce volet, comme il le souhaite, débutera par une réforme foncière ambitieuse. Autrement dit, offrir aux exploitants de la terre, des papiers administratifs nécessaires pour sécuriser leurs activités, et les mettre à l’abri littéralement de certains cas d’expropriation arbitraires dont ils sont souvent victimes. «Dans le programme dont nous disposons, il est clairement inscrit que nous n’accepterons jamais de céder nos terres aux étrangers. Le domaine foncier national sera exclusivement affecté aux Sénégalais, sauf les investisseurs désirant implanter une usine ou autre entité industrielle sur nos terres», a confié Ousmane Sonko.
 
Au-delà de la forte Banque agricole qu’il promet de mettre en place et à partir de laquelle les producteurs pourront bénéficier de prêts sous caution de leurs titres fonciers, Sonko s’est pour autant porté volontaire pour développer dans la région de Kaolack un projet de lotissement pour le traitement des sols et des équipements ruraux. Et ceci, dans le but d’apporter des réponses draconiennes à la lutte contre le phénomène de la salinisation qui ne cesse de causer des dommages à plusieurs milliers d’individus au sein de leurs habitats.

Abdoulaye Fall

Media

Last modified ondimanche, 10 février 2019 15:42