Log in

1 600 milliards pour perfuser les entreprises africaines

Le manque de financement, un défi criard pour l'entreprenariat africaine. Ainsi avec un potentiel de 450 millions d'entrepreneurs jeunes  d'ici à 2050,  en Afrique seule une entreprise sur 10 a accès au crédit bancaire, une situation avec un fort impact négatif sur l'envole économique du continent

Ainsi se pose la question pertinente, quelle alternative crédible face à cette problématique de financement des entreprises africaine.

Sur ce suite à la déclaration de Ouaga 2017 du Président Emmanuel Macron de booster les entreprises africaine, ce jour à Dakar, le ministre de l'économie et des Finances de la République de France, Bruno Lemaire a procédé à l'exécution du projet Choose Africa .une ligne de crédit de 2,5 milliards d'euros est décaissée, pour soutenir le financement de 10 milles entreprises.

 Choose,Africa  au-delà du financement, accorde un accompagnement technique. Dans l'exécution de sa mission la Chambre de Commerce et d'Industrie du Sénégal va saisir cette autre opportunité outre les fonds de la DER a fait par le Président Daouda Thiam.

Ainsi encadrer les jeunes, notamment les femmes est le crédo phare sur lequel elle compte s'appuyer pour capter plus de financement  car Choose Africa est une opportunité à ne pas rater.

Aminata BAYO

Robert Bourgi suspendu en France, il lui reste au moins cette haute distinction

Décoré à la légion d’honneur en 2007 par  Nicolas Sarkozy, Robert Bourgi, l’homme qui avait offert des costumes au candidat de la droite François Fillon, s’est vu retiré pour 5 ans ces prestigieuses insignes. Né le 4 Avril à Dakar cet ancien pensionnaire du Lycée Lamine Gueye ex Van Vollenhovendéclare qu’il « n’en veut plus ». Le Français d’origine libabo-sénégalaise se contente alors de ses insignes de commandeur de l’ordre national du Lion, obtenues en 1999 sous le magistère du Président Abdou Diouf. Cette décoration a été officiellement remise par le Président Macky Sall en 2015.

Suspendu 5 ans du port de sa Légion d'honneur par décret du président de la République, paru le 8 mars au Journal Officiel, l'avocat Robert Bourgi 74 ans, demande au Grand Chancelier français de lui retirer définitivement cette décoration. Le Français d’origine libano-sénégalaise ne juge pas necessaire de la porter à 79 ans. « Je n’en veux plus, c’est pour les œuvres que je finançais à l’échelle de mes moyens tous les ans. Je ne suis pas membre de la Légion d’honneur, je suis affecté, surpris et un peu déçu…  » déclare-t-il au micro de RTL.

Robert Bourgi avait été condamné le 18 décembre par le conseil de discipline du Barreau de Paris. Ses confrères avocats lui reprochent à ce symbole de la FrançAfrique, d’avoir donné "une image violente, vulgaire et cynique, de nature à nuire à l'image de la profession".

C’est pourquoi l'avocat Robert Bourgi a été suspendu pendant cinq ans du port de sa Légion d'honneur par décret du président de la République, paru le 8 mars au Journal Officiel.

Planete24.sn

  • Published in Faits

Dr Kodjo mort pour la France...

Le crash de l’appareil d’Ethiopian Airlines a emporté un brillant « cerveau » africain. La mort du jeune togolais, Docteur Glato Kodjo dans cet accident d’avion qui a coûté la vie à 157 passagers, révèle le potentiel africain en matière des ressources humaines. Une telle compétence convoitée  par l’Europe et laissée en rade par l'Afrique. En effet, l’attaché temporaire d'enseignement et de recherches (Ater) à la faculté des sciences de l’Université de Lomé, à défaut d’avoir un recrutement, était obligé de prendre les airs pour découvrir d’autres cieux. Il venait d’intégrer une équipe de recherche en France, il y a juste un mois et demi. 

Le biotechnologiste et physiologiste végétal était à Montpellier depuis deux semaines pour pour effectuer une mission expérimentale au Kenya. « Je l’ai connu l'an dernier lorsqu'ils élaboraient les stratégies pour réclamer leur intégration comme professeur à l'Université de Lomé. Je les avais introduits dans le monde des médias. Au final le président du l'Université de Lomé Dodzi Kokoroko n'a intégré qu'une partie et en laissant 9 sur les carreaux. Avec sa mort, il reste 8 Ater » nous confie un de ses collègues. « Il était un grand bosseur et un passionné de la recherche » poursuit Francisco Napo Koura.

Le continent noir perd ainsi un chercheur et Spécialiste de la biotechnologie qui aurait dû réaliser des applications industrielles pour le développement de l’agriculture en Afrique.

 Suite à la disparition brutale du jeune prodige, le Président togolais Faure Gnassimbé a exprimé ses émotions à travers un communiqué. « En ces moments de dures épreuves, j’exprime au nom du peuple togolais, et en mon nom propre une totale solidarité et compassion aux familles éplorées et au peuple éthiopien. A la compagnie aérienne Ethiopian Airlines, fierté du transport aérien africain, j’apporte tout mon soutien en ces moments douloureux. Puisse la famille de notre compatriote, Dr. Glato Kodjo, qui a perdu la vie dans ce tragique accident, trouver ici l'expression du soutien de la nation togolaise toute entière.», écrit le chef d’Etat africain.

Dr Glato Kodjo, 43 ans, a soutenu sa thèse sur le thème de la diversité agro génétique et les pratiques paysannes associées à la culture de patate douce, en janvier 2016 à l'Université de Lomé. Il était marié et père de deux enfants.

Ibrahima Benjamin DIAGNE

Crash d'Ethiopian Airlines: le Canada, l'Ethiopie, les Etats Unis, la France plus touchés

L’appareil d’Ethiopian Airlines (Boeing 737 ) qui s’est écrasé ce matin à 63 kilomètres d’Addis Abeba, faisant 157 morts. Des passagers de détenteurs de différents passeports sont enregistrés. Au moins 35 nationalités sont identifiées. L’Afrique (57), l’Europe (48) et l’Amérique (36) sont les continents les plus touchés. Le Canada (18), Ethiopie (32) Kenya (9) et Usa (8) paient le plus lourd tribut.

Afrique /Kenya (32) Ethiopie (9) Egypte (6) Maroc (2) Djibouti (1) Mozambique (1)Rwanda ( 1) Soudan (1) Somalie (1) Togo (1) Ouganda (1) Nigeria (1)

Europe/ Italie (8)France (7)Royaume-Uni (7) Allemagne (5)Slovaquie (4) Russie (3)Autriche (3) Suède (3)Espagne (2)Pologne (2)Belgique (1) Irlande (1)Norvège (1)Serbie(1)

Amérique du Nord/ Canada (18)Etats-Unis (8)

Moyen-Orient/ Israël (2)Arabie Saoudite (1)Yémen (1)

Asie/ Chine (8)Inde (4)Indonésie (1)Népal (1)

Autre /Passeport ONU (1)

Issa FALL

La France va payer sa "dette " cent pour sang

Une "dette " à cent pour sang épongée

Par devoir de mémoire, l'ambassadeur de France a rendu un hommage particulier aux tirailleurs sénégalais. L'ambassadeur Christophe Bigot n'a pas manqué d’avoir une pensée pieuse aux vaillants soldats. « Je disais que nous nous connaissons depuis longtemps. 350 ans d'histoire commune. L'histoire aurait pu nous diviser; elle nous a rapprochés. Sans rien oublier, nous assumons cette mémoire tantôt glorieuse, tantôt douloureuse, qu'il s'agisse de Thiaroye ou du lourd tribut payé par les tirailleurs sénégalais. Cette « dette de sang » à laquelle, les commémorations du centenaire de la fin de la grande guerre rendront hommage le 11 Novembre prochain, centenaire de l'armistice en 1918. Ce sang que nous partageons en combattant ensemble au Mali le terrorisme. Je n'oublie pas le sacrifice de nos soldats » dit l'ambassadeur.

Les tirailleurs sénégalais sont massacrés et enterrés au camp militaire de Thiaroye suite à une minuterie. L’histoire retient qu’ils sont 1 600.

Fils de tirailleur sénégalais engagé durant la seconde guerre mondiale de 1941 à 1946  du régiment des tirailleurs sénégalais basés à Mecknés au Maroc, le Général François Ndiaye a été élevé au rang de officier de la légion d’honneur au même titre que le Directeur Général de la Police Oumar Mal ainsi que son adjoint Ousmane Sy.

Une coopération au bénéfice des Etudiants et des jeunes entrepreneurs

La relation entre les deux pays vieille de plus de trois cent cinquante années a été magnifié amplement à juste titre par son excellence  Christophe Bigot ambassadeur de France et Me Sidy Kaba Ministre des affaires étrangères du sénégal. Séculaires, les relations consommées par une diplomatie dynamique, la France et le Sénégal s'engagent aux côtés de leurs ressortissants pour raffermir davantage les liens qui les unissent. Une manière forte de contribuer à la croissance, au développement, à l'emploi et à la sécurité du pays.

La France alliée traditionnelle du Sénégal a lourdement investi dans les projets, des créneaux porteurs d'espérances. Son dynamisme ambiant sert sur le plateau le projet du campus Universitaire franco-sénégalais de Diamniadio. L'ouverture de l'espace campus de France au Sénégal a accueilli cette année 19 000  étudiants soit 35% de plus que l'an dernier. Reste à atteindre l'objectif d'accueillir 5000 étudiants en France dont le nombre actuel est de 2000. La plateforme numérique France Alumini Sénégal a été lancée. Déjà 7000  étudiants d'anciens élèves de France, de sciences -po, d'Assas, de polytechnique, de Saint-Cyr, d’HEC, de l'Agro se sont retrouvés pour des offres d'emploi encourageant ainsi le retour au pays natal pour développer le pays dans son ensemble. Ces derniers bénéficieront d'un visa de libre circulation, d'aller et retour.

Dans ce cadre, trois nouveaux forums jeunesse  vont se tenir en 2018 et 2019  à St Louis, Matam et Ziguinchor sans oublier l'accord-cadre sur le volontariat paraphé entre les deux nations. Ensemble, unis pour le meilleur et pour le pire, les deux pays entendent du coup relever les défis majeurs sur l'environnement la protection de St Louis contre l'érosion côtière, la promotion de l'électricité intelligente, la biodiversité du sine saloum et de la Casamance.

Le financement du TER, projet phare de la coopération, le financement de projet solaires, le projet d'adduction d'eau vers Dakar comme le traitement de la baie de Hann à hauteur de 214 000 000 d'euros octroyés en 2017. Le deuxième axe innovateur  concerne l'encouragement des potentiels de startup, d’Intouch à Yux. Egalement l'installation du super-calculateur à Diamniadio aux bénéfices des étudiants et des entrepreneurs. C'est le cas avec l'école cyber annoncée par le Ministre Jean Yves Le Drian lors du forum de Dakar qui s'ouvrira cet automne. L'accompagnement de la communauté Teranga Tech aux bénéfices de six jeunes pousses. Et enfin le financement du salon Viva tech d'un montant de 65 000 000 d'euros.

Priorité absolue de l'état central français; le redressement économique conditionné par rééquilibre de sa balance extérieure, des résultats sur les marchés à l'international aura permis à la France à travers le bras armé de sa diplomatie, le Ministère des affaires étrangères de trouver son compte dans le nantissement de ses investissements au sénégal.

Adossée sur une diplomatie économique agressive, la France parvient ainsi à soutenir ses entreprises sur les marchés du Sénégal, à attirer des investisseurs créateurs d'emploi, à mieux adapter le cadre de régulation européen et international à ses intérêts économiques défensifs et offensifs .

Planète24.sn

 

Tout sur la vie de l’arbitre sénégalais Malang Diedhiou

De Maître ès sciences juridiques à Maître du jeu, le Sénégalais Malang Diedhiou est aussi un ancien libéro qui maîtrise bien son art. Le 4 éme juge de la petite finale de la coupe du Monde Belgique-Angleterre est connu comme Officier supérieur des Douanes. Ainsi, l’ancien chef de bureau de la sécurité et de la coordination de la lutte contre la fraude, a plusieurs cordes sur son arc. Il est le seul arbitre africain retenu  dans le groupe qui va participer à la clôture de  la coupe du Monde. Actuellement chef du bureau des Douanes de la zone franche industrielle,Malang se distingue notamment par ses connaissances en droit.

L’avocat devenu lieutenant-colonel des Doaunes, a profité de son passage au barreau pour apprendre à interpréter les lois et règlements. Un passage dans les arcannes du Temple du Thémis qui lui permet aujourd'hui de pratiquer subtilement le verbe du sifflet au sommet de la pyramide du football. Un chemin jamais arpenté par un Africain du Sahel, un cursus jamais égalé. Il a jeté très tôt son dévolu sur l'arbitrage. Un choix qui lui vaut tous les honneurs du moment. Avec la discipline et la rigueur intégrale de sa profession actuelle, le sortant de l'Ecole Nationale d'Administration (ENA) va à la croisade des anti-jeux comme le gabelou traque les fraudeurs.

Malang Diedhiou, l’avocat

Douanier de son état, Malang Diedhiou est un jeune sénégalais né à Badiana dans l'arrondissement de Diouloulou dans le Bignona. A 45 ans révolus, cet athlète longiligne originaire de la Casamance.

L'école élémentaire du village guide ses premiers pas. Il termine son cycle secondaire au lycée Aoun Sané de Bignona en 1995. Le Baccalauréat en poche, Malang Diedhiou a perdu très tôt son père Ansou Diedhiou. A 18 ans, il se débrouille seul et quitte son terroir pour l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar. C'est à la faculté de droit qu'il décroche sa maîtrise en 1999. Il passe avec succès son concours d'entrée au barreau. La nouvelle robe noire obtient son certificat d'aptitude à la profession d'avocat (Capa) à la suite d'un stage concluant de 1999 à 2002.

Malang ne portera pas longtemps la toge, mais il supportera bien les galons de l'administration douanière. Son entrée à l'ENA, un an plus tard, sera déterminant pour la suite à donner à sa carrière.

Du prétoire à la répression

Fraîchement sorti de l'ENA en 2005, le tout nouvel inspecteur des Douanes s'applique comme vérificateur pendant quatre ans et demi. Il va vite gravir les échelons… Il effectue des stages sur la recherche et le dédouanement des véhicules à la Rochelle en France et aux Etats Unis. Il sera dès son retour nommé chef du groupement polyvalent de recherche et de répression de la fraude en 2009.

Avec sa bonne étoile, il passe à la tête du tout nouveau bureau de la sécurité et de la coordination de la lutte contre la fraude la même année.

L'ancien chef de subdivision martime et chef de la sudivision du Port a pu obtenir un congé pour partir officier en Russie. Après cette expédition, Malang va arrêter l'arbitrage pour se consacrer à sa carrière.

Comment Malang est-il devenu arbitre

Pensionnaire de l'école de football des HLM de Bignona, le jeune Malang va embrasser très tôt la carrière d'arbitre. Lycéen, il allie arbitrage et études. Bien ancré dans la peau des hommes en noir, il s'inscrit à la sous-commission Régionale d'Arbitrage de Bignona.

Il va momentanément mettre un terme à sa carrière d'arbitre pour se consacrer exclusivement à ses études. Après son bac, il reprend son sifflet une fois à Dakar. Faute de place d'élève arbitre à la sous Cra de Pikine, il se réinscrit à la CRA de Dakar en 2002. Un bonheur ne vient seul, il réussit au concours de barreau. Ainsi, sur le prétoire, il est en robe noire, sur la pelouse il arbore son maillot noir. Il se consacre à nouveau à sa passion, et retrouve du reste ses premiers amours. Aidé par la pression du monde navetane (championnat populaire), il s'affirme. Il va réussir les tests et passer le grade d'arbitre fédéral. Ce qui donne un coup de fouet virevoltant à sa jeune carrière d'arbitre. Il réussit également le concours de l'Ena. C'est difficilement qu'il allie la passion d'arbitre et le métier douanier.

Il passe le plus clair de son temps au bureau. C'est à sa descente qu'il passe dans la vie de tous les jours au stade pour une séance d'entraînement d'une heure trente minutes avec son préparateur Physique.

Avec la compréhension sage-femme d'état de formation que le lieutenant-colonel des douanes sénégalaises Malang Diedhiou s'exprime régulièrement sans pression psychologique dans les aires de jeu.

Mamadou I.S NIANG (Planète24.sn)

Mbappé comme Pelé!

Mbappé plus fort que son idole Ronaldo?  Le n°10 français (19ans) est le plus jeune footballeur qui a marqué deux buts dans un match du Mondial. Kylian Mbappé, il y a 5 ans, n’était qu’un enfant qui adulait Christian Ronaldo. Le jeune buteur français a rencontré son idole à Valdebebas le centre d’entraînement du club merengue. Il avait juste 14 ans !   Mbappé est sur les traces du roi Pelé... (Planète24.sn)

Incroyable! un Restaurant qui sert des « desserts Coloniaux »...

Qui aurait imaginé un restaurant baptisé « le Colonial » dans une France du 21 éme siècle. Ainsi, les « desserts coloniaux », loin d’être des menus destinés aux tirailleurs dans les casernes, sont plutôt servis aux touristes de Fleuray Hôtel. En effet, le restaurant « Colonial » est érigé dans la ville d’Amboise de la vallée de la Loire classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Cette ville d’Amboise située dans le centre de la France, abrite la mythique résidence du Roi de France Charles VIII au XVe siècle et la tombe du peintre Léonard de Vinci. L’hôtel couvrant ce restaurant serait une propriété de la famille franco-britannique « les Newington » à partir de 1991. Il existerait depuis 1880, pendant l’époque coloniale. Selon les informations fournies sur le site de l’hôtel visité par www.planete24.sn , « la ferme a subi l'occupation pendant la seconde guerre mondiale, des éclats d'obus tombés lors des combats aériens ont été retrouvés dans les jardins au cours des travaux. Selon les mêmes sources « les chambres sont décorées avec des imprimés floraux et des meubles traditionnels ». Le colonial à l’image de la Publicité « Y'a bon Banania », montrant un noir tel un gamin au sourire niais, peut être considéré comme un stéréotype raciste. En effet, à cause de cette publicité raciste, la cour d'appel de Versailles, à la suite d’une plainte du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) avait demandé en 2011 à la société titulaire de la marque Banania, de surseoir à son slogan "Y'a bon".

Planète24.sn

Subscribe to this RSS feed