Banniereweb728x90 CIEA2019-01

Log in

Le Président Macky SALL compte sur ces deux hommes ...

« Chaque voix qui s’est exprimée mérite d’être entendue et respectée parce qu’elle elle porte le souffle de la liberté qui fait vivre la démocratie », a reconnu ce Mardi, le Président élu Macky Sall qui s'est adressé au peuple aussitôt après la confirmation de sa réélection par le Conseil constitutionnel.  Dans cette adresse à la nation à l’allure d’un triomphe modeste, l'élu du 24 Février soutient « qu’il n y a plus d’électeurs ou de camps marqués par des couleurs ou démarqués pour des lignes partisanes ». Il désigne « un seul camp, celui du Sénégal » en saluant la flamme patriotique qui fait de ce pays une nation indivisible.

Le Chef de l’Etat, après avoir salué tous les autres candidats, appelle au dialogue en comptant sur le liberal Abdoulaye Wade et le socialiste Abdou Diouf. Ses précedesseurs à la Magistrature suprême sont appelés à apporter leurs contributions pour un « dialogue ouvert et sincère » à toutes les forces vives, les sociétés civiles et politiques.  

« Je tends la main à toutes et à tous, pour un dialogue républicain » insiste le Chef de l’Etat qui a fait sa première prise de parole depuis le scrutin présidentiel du 24 Février 2019. Ce dialogue sera entamé au lendemain de sa prestation de serment prévue le 2 Avril. En effet, le début du deuxième mandat du Président SALL sera fait sous le sceau de l’unité nationale « pour réussir ensemble à relever le défi ». Il considère par ailleurs cette réélection comme « un nouveau contrat de confiance »,  qui lui permet de « redoubler d’efforts, de faire plus et mieux ».

Le Président est à l’écoute et au service du peuple pour poursuivre les chantiers entamés tout en reconnaissant « cette tâche grandiose, passionnante et ardue ». Après avoir remercié les services du Ministère de l’Intérieur et la CENA, e Président Sall termine son adresse en reconnaissant le travail professionnel de la presse et l’ensemble des acteurs du processus pour avoir permis un scrutin libre et transparent.

I.B.DIAGNE

  • Published in Faits

Pourquoi le NEPAD de Wade et de Mbeki change de copie

Le Chef de l’Etat, Macky Sall, en marge du 31e Sommet de l’Union africaines prévu les 1 et 2 juillet 2018 à Nouakchott, présente ses propositions sur la réforme du NEPAD.  En sa qualité de Président du Comité d’orientation des Chefs d’Etat et de Gouvernement du NEPAD, il va révéler sous peu, les nouvelles orientations de cet organe.

« C’est parce que nous sommes devenus une terre d’opportunités et de promesses considérables qu’il nous faut également changer de stratégie pour être dans le temps de l’action. L’Afrique est sur la bonne voie. Les projets s’accélèrent dans le secteur des transports, des TIC, de l’énergie où nous devons renforcer nos efforts pour résoudre le paradoxe d’un continent doté d’immenses ressources naturelles mais où l’électricité est la plus chère dans le monde. La question de l’énergie doit rester au cœur des priorités du Nepad si nous voulons réussir le pari de l’industrialisation du continent », avait déclaré récemment le Président Macky Sall.

Ainsi, le NEPAD, né en 2001 de la fusion de l'Association du millénaire pour le programme de redressement africain (PRA), de l’ancien président sud-africain Thabo Mbeki, et du plan OMEGA, de l’ex-chef de l'Etat sénégalais Abdoulaye Wade, fait l’objet de plusieurs critiques. En effet, sa place au sein de l'Union africaine comme programme officiel en 2007 au sommet d’Alger, ne fait pas l’unanimité. Par ailleurs, l’influence de l'Afrique du Sud qui abrite le siège (Midrand) est jusque-là mal appréciée par les pays membres de l’UA. C’est pour toutes ces raisons que l’Union africaine a inscrit ce point dans l’ordre du jour de ce sommet dont le thème porte sur : « Remporter la lutte contre la corruption: une voie durable vers la transformation de l’Afrique ».

Selon ses initiateurs le NEPAD est « un programme constitue un nouveau cadre d'interaction avec le reste du monde, notamment avec les pays industrialisés et avec les organisations multilatérales. Il est fondé sur un ordre du jour, décidé par les Africains de leur propre initiative et de leur propre gré, afin de déterminer eux-même leur destin »

Les présidents des cinq principaux États membres du NEPAD réunis à Dakar en 2008, ont essayé d’apporter une réponse intégrant les préoccupations de l’Union Africaine. Le Sud-Africain Mbeki, le Sénégalais Wade, l'Algérien Bouteflika, l'Égyptien Moubarak et le Nigérian Yar'Adua) ont ainsi œuvré pour le progrès du NEPAD.

Planète24.sn

Me Abdoulaye Wade soupçonne un deal

La déclaration de Samuel Sarr à la prochaine présidentielle n’a pas plus au Pape du sopi. Il n’est pas d’ailleurs le seul libéral « banni » que fusille Me Abdoulaye Wade. A travers un communiqué de son porte-parole, Wade père semble être surpris par certains de ses anciens compagnons qui ont décidé de présenter leur candidature à la présidence de la République. Il les accuse de vouloir « disperser sa famille politique et vendanger l’héritage de son parcours ». Et l’ex-président de la République de préciser « je ne donne ma bénédiction à un quelconque autre candidat qui se réclamerait de ma pensée ». Le Secrétaire Général National du Pds soutient qu’il ne parrainera que la candidature autre que celle du Parti démocratique sénégalais, parti dont il est la personne morale.Comme s'il voulait dire qu'un "coup d'état libéral" se prépare, un deal de haut niveau...

Planète24.sn

Subscribe to this RSS feed