Log in

Ce qu'il faut pour lutter contre la fuite des cerveaux

DIÉMÉ Mouhameth, Docteur en Sciences de Gestion et chercheur associé au Laboratoire SERGe à l’Université Gaston Berger de Saint Louis a remporté le premier prix de la Meilleure Thèse de Gestion. Le lauréat de la première édition organisée par l’Association Sénégalaise des Sciences de Gestion, a été récompensé pour ses pertinents travaux de recherche. Sous les yeux avisés du Professeur Bachir de l’Université Cheikh Anta Diop et du Pr Fatou Diop Sall de l’ESP, le jeune chercheur a reçu le trophée des mains de M. Amadou Diaw, parrain de cette édition, ce mercredi 13 Mars 2019 à la Fondation Friedrich Naumann pour la liberté.

Le Rapporteur de l’Equipe de Recherche en Ressources Humaines dans les Organisations (ERRHO), a soutenu sa thèse en 2018. Elle porte sur « la Réévaluation de la relation GRH et Performance de l’entreprise : un regard croisé sur le prisme de l’interaction des Capacités dynamiques de GRH, de R&D et de Technologie, dans un contexte de PME industrielles au Sénégal ». Cette thèse reposant fondamentalement sur l’approche interactionniste des capacités dynamiques en matière de GRH, de R&D et de technologie qui lui a valu la mention Très honorable, avec les félicitations du jury.

Entre 2013 et 2018, il a publié 5 articles, a participé à 7 colloques et a totalisé 12 articles acceptés par des comités de lecture dont 7 sont issus des travaux de sa thèse.

Selon le Professeur Birahim Gueye, Président de l’Association des Sciences de Gestion (ASSG), « à travers ce projet, l’ASSG vise la promotion de jeunes chercheurs dont les travaux de doctorat se signalent par leur qualité, de promouvoir l’excellence et le développement de la discipline au Sénégal ».

L’évaluation a été très sélective et a été basée sur trois critères selon les organisateurs : la Pertinence du Thème, la mention et le nombre de publication du candidat. L’ASSG encourage les autres candidats et promet de continuer d’œuvrer pour "un avenir meilleur pour les sciences de gestion". Elle invite toutes les grandes écoles à adhérer à l’association pour le bien des sciences de gestion et surtout pour l’amélioration de l’enseignement en sciences de gestion.

planete24.sn

Quelle position concurrentielle pour les chaînes de télévision qui optent pour les affrontements

Les chaines de télévision qui favorisent les affrontements occupent une meilleure position concurrentielle. C'est ce qui ressort des travaux de recherches de Dr Moustapha Diongue qui a étudié les mouvements concurrentiels constatés dans le paysage télévisuel sénégalais. 

Les résultats de la recherche consultés par www.planète24.sn ont montré que les stratégies d'affrontements sont plus fréquentes dans les comportements stratégiques des chaînes de télévision étudiées même si plusieurs auteurs (Yami et al., 2010 ; Astley et Fombrun, 1983) recommandent la coopération entre les concurrents. Toutefois, les résultats ont révélé aussi que certaines chaînes de télévision favorisent l'évitement et les actions de coopération sont plus rares entre les acteurs.

La thèse de doctorat de Moustapha Diongue a porté sur le thème: "Comment évoluent les comportements stratégiques des chaînes de télévision sénégalaises depuis la libéralisation du secteur?"

Sous la direction du Professeur Birahim Gueye, spécialiste en Management stratégique, Dr Diongue a présenté un travail très satisfaisant devant un jury présidé par le Professeur Tidjani, de l'école supérieure polytechnique (ESP) éminent chercheur en Gestion des Ressources humaines. Nouvellement admis au grade de docteur en Sciences de Gestion avec la mention très honorable suite à la soutenance de sa thèse portant, le chercheur a proposé de nouveaux mécanismes de gestion aux chaînes télévisions sénégalaises.

Membre du laboratoire Saint-Louis Etudes et Recherches en Gestion, (SERGe), très actif dans de l’équipe recherche en entreprise, développement organisation (EREDO), Diongue est en effet, l’un des rares chercheurs sénégalais à explorer le secteur de la télévision.

Issa FALL (Planète24.sn)

Universités: tous les engagements de l’Etat, les gages des étudiants et les points à revoir

Les revendications des étudiants sont satisfaites à 90 % par le Président de la République si l’on tient compte du projet de résolution de crise proposé à l’Etat. « Nous sommes en phase avec le Président Macky Sall qui a accepté l’essentiel de nos revendications même si certains points sont à l’étude » déclare le porte-parole des étudiants à la suite de leur audience au Palais avec le chef de l’Etat.


 

Suite aux engagements de l’Etat, les étudiants décident de retourner dans les amphithéâtres dès mercredi, en donnant certains gages.

D’abord, ils ont décidé de lever leur mot d’ordre, ensuite poursuivre l’année dans la tranquillité et enfin ils ont promis de changer leur forme de grève par des manifestations pacifiques avec préavis auprès des autorités concernées (le chef d’Etablissement et le préfet de la circonscription).

Cette demande de manifestation, disent-ils, doit être accordée sans condition par les autorités compétentes. Cependant, ils continuent à exiger le respect des franchises universitaires.

Qu'est ce qui va changer?

Par la voix de leur porte-parole Frank Daddy Diatta, les étudiants ont constaté que « la gestion du budget des œuvres universitaires ne participe pas pleinement à l’accompagnement des étudiants nécessiteux. Leurs camarades de l’UVS vont bénéficier des œuvres sociales au même titre que les autres membres de la communauté estudiantine du Sénégal. C’est ce qui justifie le besoin d’augmenter le nombre de boursiers et le taux mensuel des bourses ainsi que la baisse du prix des tickets de restauration.

Le Président de la République a ainsi accepté la requête des étudiants dont la demi-bourse passe de 18 000 f à 20 000 f, de 36 000 f à 40 000 f pour la bourse entière et celles des doctorants de 60.000 à 65.000 f. Si les tickets de restauration de 150 f sont revus à la baisse jusqu’à 100 f pour le déjeuner, ceux de 75 f à 50f pour le petit déjeuner, c’est pour améliorer les conditions de vie des étudiants dans les campus et d’accroître le taux de réussite.

Les points à revoir...

Cependant, le point sur la proposition de décréter « journée sans ticket », le 15 mai de chaque année dans tous les établissements d’enseignement supérieur du Sénégal, n’est pas étudié.

Aucun engagement n’est pris en ce qui concerne le changement de la procédure de retrait du Baccalauréat permettant au titulaire d’obtenir l’original de son diplôme dans les deux années qui suivent son obtention. La question de la gratuité de l’attestation spéciale pour tous les demandeurs est aussi renvoyée aux calendes grecques.

Planète24.sn

  • Published in Faits

L'histoire jamais racontée de Babacar Ngom Sedima

Le surcroît de valeur créée est-elle équitablement partagée entre les grandes entreprises et les TPME?
Le PDG du Groupe SEDIMA, BAbacar évoluant dans le secteur avicole et de l’agro-business, a répondu à cette question à côté de Samsdine Ndiaye (filière maïs) et de Mamadou Seck ferme KARARA intervenant dans le même domaine d’activités. La table-ronde animée par Pr Birahim Gueye, Président de l’Association des sciences de Gestion, a été l’occasion pour le self-made man de dévoiler un pan de sa personnalité et décline sa stratégie en 8 P. (Voir Vidéo) Il était invité à faire une communication, dans le cadre du Congrès international « SERGe Day » sur les  Très Petites, Petites et Moyennes entreprises.

Planéte24.sn 

  • Published in Videos
Subscribe to this RSS feed