Log in

Ce qu'il faut pour lutter contre la fuite des cerveaux

DIÉMÉ Mouhameth, Docteur en Sciences de Gestion et chercheur associé au Laboratoire SERGe à l’Université Gaston Berger de Saint Louis a remporté le premier prix de la Meilleure Thèse de Gestion. Le lauréat de la première édition organisée par l’Association Sénégalaise des Sciences de Gestion, a été récompensé pour ses pertinents travaux de recherche. Sous les yeux avisés du Professeur Bachir de l’Université Cheikh Anta Diop et du Pr Fatou Diop Sall de l’ESP, le jeune chercheur a reçu le trophée des mains de M. Amadou Diaw, parrain de cette édition, ce mercredi 13 Mars 2019 à la Fondation Friedrich Naumann pour la liberté.

Le Rapporteur de l’Equipe de Recherche en Ressources Humaines dans les Organisations (ERRHO), a soutenu sa thèse en 2018. Elle porte sur « la Réévaluation de la relation GRH et Performance de l’entreprise : un regard croisé sur le prisme de l’interaction des Capacités dynamiques de GRH, de R&D et de Technologie, dans un contexte de PME industrielles au Sénégal ». Cette thèse reposant fondamentalement sur l’approche interactionniste des capacités dynamiques en matière de GRH, de R&D et de technologie qui lui a valu la mention Très honorable, avec les félicitations du jury.

Entre 2013 et 2018, il a publié 5 articles, a participé à 7 colloques et a totalisé 12 articles acceptés par des comités de lecture dont 7 sont issus des travaux de sa thèse.

Selon le Professeur Birahim Gueye, Président de l’Association des Sciences de Gestion (ASSG), « à travers ce projet, l’ASSG vise la promotion de jeunes chercheurs dont les travaux de doctorat se signalent par leur qualité, de promouvoir l’excellence et le développement de la discipline au Sénégal ».

L’évaluation a été très sélective et a été basée sur trois critères selon les organisateurs : la Pertinence du Thème, la mention et le nombre de publication du candidat. L’ASSG encourage les autres candidats et promet de continuer d’œuvrer pour "un avenir meilleur pour les sciences de gestion". Elle invite toutes les grandes écoles à adhérer à l’association pour le bien des sciences de gestion et surtout pour l’amélioration de l’enseignement en sciences de gestion.

planete24.sn

Quelle position concurrentielle pour les chaînes de télévision qui optent pour les affrontements

Les chaines de télévision qui favorisent les affrontements occupent une meilleure position concurrentielle. C'est ce qui ressort des travaux de recherches de Dr Moustapha Diongue qui a étudié les mouvements concurrentiels constatés dans le paysage télévisuel sénégalais. 

Les résultats de la recherche consultés par www.planète24.sn ont montré que les stratégies d'affrontements sont plus fréquentes dans les comportements stratégiques des chaînes de télévision étudiées même si plusieurs auteurs (Yami et al., 2010 ; Astley et Fombrun, 1983) recommandent la coopération entre les concurrents. Toutefois, les résultats ont révélé aussi que certaines chaînes de télévision favorisent l'évitement et les actions de coopération sont plus rares entre les acteurs.

La thèse de doctorat de Moustapha Diongue a porté sur le thème: "Comment évoluent les comportements stratégiques des chaînes de télévision sénégalaises depuis la libéralisation du secteur?"

Sous la direction du Professeur Birahim Gueye, spécialiste en Management stratégique, Dr Diongue a présenté un travail très satisfaisant devant un jury présidé par le Professeur Tidjani, de l'école supérieure polytechnique (ESP) éminent chercheur en Gestion des Ressources humaines. Nouvellement admis au grade de docteur en Sciences de Gestion avec la mention très honorable suite à la soutenance de sa thèse portant, le chercheur a proposé de nouveaux mécanismes de gestion aux chaînes télévisions sénégalaises.

Membre du laboratoire Saint-Louis Etudes et Recherches en Gestion, (SERGe), très actif dans de l’équipe recherche en entreprise, développement organisation (EREDO), Diongue est en effet, l’un des rares chercheurs sénégalais à explorer le secteur de la télévision.

Issa FALL (Planète24.sn)

Vidéo-Maimouna Sourang chante trop bien, mais pourquoi …

Maiouna Sourang se réalise grâce à son talent et à son charisme.  Plus connue sous le nom de Maina, la jeune saint-louisaine a le droit d’élever la voix pour dire et pour émouvoir. Depuis 2012, elle squatte les studios, la belle Maina lâche d’impressionnants décibels mais elle n’a pas encore l’audience de Titi encore moins celle Viviane. (Voir https://www.youtube.com/watch?v=X3H0qpD_Z54)

Candidate au Prix découverte RFI 2018, Maina compte toujours sur sa voix et ses doigts magiques pour être au summum de son art. Cette compétition pourrait être une aubaine pour cette signare de vingt-quatre ans à la voix de rossignol.

Dans cet album intitulé « Macilo » qu’elle a fait écouter à planète24.sn, la Guet-ndarienne nous fait voyager dans les fleuves de son Saint-Louis natal.

« Sa musique rythmée est fraîche et nourrie de sonorités de son époque et de son héritage traditionnel.  Un délice artistique » nous confie son entourage immédiat.

Macilo, un titre bien muri qu’évocateur, à travers lequel l’artiste prend le risque de se poser des questions sur ce monde en pleine transformations réduisant toutes les civilisations en un seul faisceau « culturel ».        

L’artiste à travers cette première production, Macelo, nous propose six titres dont :le premier, « le scénariste ».

Elle entonne « xaalis » (l’argent), une chanson dans laquelle, Maina s’interroge sur le matérialisme, le capitalisme. Pour elle, l’artiste, « l’argent qui est à la fois facteur de réussite sociale, mais aussi de toutes les décadences ».

Le troisième titre : « ma liberté » évoque la sensible question des principes des droits humains dans le monde, cette liberté de vivre sa vie sans privation, la passion de s’exercer, d’affirmer son leadership en tant que femme.

Dans le quatrième titre « le mien », elle magnifie la beauté de la vie en citant Mahatma Gandhi « la plus belle chose du monde c’est l’Amour.. ». L’amour comme joie, comme force de vie, l’amour à nos parents, mais également, l’amour comme relation charnelle.

« Macilo », titre éponyme de l’album, dans un rythme folk populaire des peuples de l’eau, nous renvoie à l’enracinement dans nos valeurs car dit-elle « sans valeur, l’homme n’est rien ».

« Mudjé », le denier titre est une reprise d’Oumar PENE, son idole. Elle voudrait redonner vie à une chanson considérée comme un « manifeste humaniste ». Elle met l’accent sur ces valeurs sociales de plus en plus précaires face à la montés de l’injustice, de l’intolérance et de la corruption.

Collé BAYO (Planète24.sn)

Exclusif: ce que l'Inspection Générale d'Etat veut savoir sur les bourses des étudiants

La mission de l'Inspection générale d'Etat veut comprendre le système et les procédures de paiement des bourses d’études. Elle sera particuliérement interessée par le circuit, les moyens techniques utilisés, la masse des ressources et  l'identification des allocataires. Planete24.sn, pour y voir clair a recuilli quelques éléments expliquant ce dysfonctionnement dans le paiement des bourses.  En effet, selon les sources proches du Ministère des Finances, le retard du paiement des bourses du mois d’Avril serait lié d’abord entre autres contraintes, au chevauchement des jours fériés et du week-end qui a marqué la première décade de ce mois de mai.

Il y a ensuite l’importance des ressources importantes à distribuer aux bénéficiaires qui passent de 24 milliards de FCFA en 2011 à plus de 50 milliards de FCFA en fin 2017. Les opérations de cette masse monétaire ne sont pas faciles à opérer dans ce délai avec la bancarisation des bourses qui visait, lors de sa mise en place en 2011, à multiplier les points de paiement des bourses, à moderniser et à diversifier les moyens de paiement, en veillant par ailleurs à assurer un paiement plus régulier des bourses, nous signale une source autorisée.

Enfin, il y a l’effectif important et croissant de boursiers passé de 37 000 au moment du démarrage de la bancarisation à plus de 100 000 boursiers aujourd'hui.

La même source indique que « c'est au regard de la specifité de la population cible concernée et du caractère éminemment sensible de la dépense considérée que les services compétents du Gouvernement ont pris soin de mettre en place une procédure simplifiée de paiement, même si l'importance des fonds en jeu et leur caractère public imposent un minimum du contrôle ».

Selon notre interlocuteur, sur directives du Chef de l'Etat, les mesures appropriées ont été prises pour contribuer à l'aménagement de moyens devant permettre d'améliorer les conditions de travail des étudiants, celles du paiement de leurs bourses en particulier.

Il termine par souligner que le Gouvernement, en relation avec la banque partenaire veillera à contribuer à assurer aux bénéficiaires d'allocation d'études universitaires des conditions de paiement qui soient les plus satisfaisantes possibles.

Le retard du paiement des bourses avait occasionné, le mardi 15 mai 2018 au campus de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis des incidents ayant coûté la vie à un étudiant.

Planète24.sn

Le Président Macky Sall fait diligenter une enquête sur les bourses des étudiants

L’Inspection Générale d’Etat (IGE) va auditer le système et les procédures de paiement des bourses d’études. C'est ce qui ressort de la réunion du conseil des Ministres tenue au lendemain des évènements malheureux survenus à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Le président de la République Macky Sall a fait diligenter cette mission pour faire le point sur ces nouvelles procédures de paiement des bourses des étudiants.

« Le Chef de l’Etat rappelle au Gouvernement, l’impératif de prendre toutes les dispositions requises pour faciliter le paiement effectif des bourses d’étude allouées aux étudiants Sénégalais à bonne date, au regard de la priorité sociale absolue qu’elles constituent » note la source gouvernementale.

Par ailleurs, le Chef de l’Etat, dans les meilleurs délais, veut avoir des explications  sur "les causes du retard des paiements, à l’origine des manifestations qui ont occasionné cette mort inacceptable afin de situer toutes les responsabilités". Une minute de silence a été observée à la mémoire du défunt étudiant Mouhamadou Fallou Sène.

Le Président de la République a présenté au nom de la Nation, ses condoléances à la famille éplorée, à la communauté universitaire. Il a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Planete24.sn

Subscribe to this RSS feed