Log in

Ces candidats à la présidentielle ont perdu plus de 30 millions, mais…

La campagne électorale épuise et ruine les candidats. Cette course vers le Palais Présidentiel est époustouflante et étouffante... A la ligne d'arrivée de ce marathon, on risque toujours d'y laisser des plumes et même du fric. Issa Sall et Madické Niang ont tout y laissé... De l'humour, des couleurs et des douleurs. A l'annonce des résultats ce jeudi, par la commission nationale de recensement des votes, le dernier et l'avant dernier de ce marathon ont dit  certainement "Ouf!".  Ils ont perdu 30 millions chacun, après avoir atteint moins de 5 % des suffrages. Le candidat de la coalition Pur100 avec son  4,07%, il ne lui restait que 0,93% pour être remboursé tandis que l’initiateur du programme « Jam ak Xéweul » en obtenant 1,48 %, ne rassure pas finalement son "compte". Dommage, ils ne seront pas remboursés si ces résultats sont confirmés par le conseil constitutionnel. 

Ainsi, la campagne de ces deux hommes a été aussi dispendieuse, car ils ont eu l’audace de parcourir au moins 40 départements en 21 jours. Ces deux députés à l’Assemblée Nationale ont pu mettre beaucoup de moyens pour alimenter en carburant leur sempiternel cortège de véhicules en plus des frais que génèrent leurs meetings respectifs.

En effet, la notoriété a un prix…Ces candidats ne sont pas si malheureux. Madické "le démolisseur"  aura le temps de reconstruire son capital financier. Issa va garder son « sourire éclatant » malgré ses 30 millions en l'air. A l’image des autres protagonistes, ils ont bénéficié officiellement 147 minutes d’antenne à la chaîne publique Rts, une grande publicité dans les médias privés, un positionnement sur l’international et 8 millions de bulletins avec leur effigie.

En somme, cette élection présidentielle a coûté au moins aux contribuables sénégalais 14 milliards de FCFA. La contribution des candidats est estimée à 150 millions, soit 30 millions versés par chaque candidat à la présidence. Cependant les autres candidats se verront remboursés leur caution après avoir eux aussi bénéficié de pareils avantages.

Le Président de la Cour d’Appel de Dakar et Président de la Commission nationale de recensement des votes (CNRV) Demba Kandji donne Macky Sall vainqueur de l’élection présidentielle avec 58,27 % des suffrages exprimés. Le Président « restant » comme disait Moustapha Diakhaté, a pris de petits congés après cette campagne « coûteuse ». Idrissa Seck, l’auditeur consultant, deuxième de la course (20,50 %.) va économiser à coup sûr son énergie pour ne pas trop dépenser encore. Avec son neveu, l’expert fiscal Ousmane Sonko, troisième (15,67%, ), ils feront leur petit bilan financier d’après campagne. Pour l’heure, ils rejettent ces résultats et commencent déjà l’échauffement pour s’attaquer au 2 éme tour de piste…les élections locales en attendant le 3 éme tour: l’élection législative. A vos marques, le marathon continue…

I.B.DIAGNE

 

Macky SALL parle de la proclamation des résultats de l'élection présidentielle

La proclamation des résultats provisoires et définitifs du scrutin de l'élection du Président de la République par les commissions départementales et nationale de recensement des votes, et le Conseil constitutionnel doit respecter toutes les procédures prévues par les lois et règlements, notamment la Constitution et le Code électoral. C’est un rappel du Chef de l’Etat qui a présidé le Conseil des Ministres ce Mercredi, le premier, après la fin de la campagne électorale.

Le Président Macky SALL a magnifié  « la maturité du Peuple sénégalais, la solidité et la transparence de notre système démocratique, de même que l'exemplarité de notre administration électorale qui a démontré son professionnalisme, son impartialité et son caractère républicain ».

Le Président a adressé ses félicitations au Premier Ministre, au Gouvernement, au ministre de l’Intérieur notamment, aux services de l'Etat, aux forces de défense et de sécurité et à l'ensemble des acteurs du processus électoral. Selon lui, ils ont permis dans un « esprit constructif », le « bon déroulement de la campagne ainsi que la parfaite tenue du scrutin ». L’élection présidentielle du 24 Février considérée par le Chef de l’Etat comme une victoire du peuple, s’est déroulée sous la supervision de la CENA et des observateurs nationaux et internationaux.

Planete24.sn

Si nous doutons: voilà un petit guide pour choisir notre Président...

Nous n’avons que quelques petites heures pour faire notre choix. Mais avons-nous lu les 5 programmes des candidats qui ont parcouru le Sénégal pendant 21 pour  faire des « promesses » ou des « engagements » aux sénégalais ? Au-delà des propos de campagne, ces candidats nous ont livrés leurs programmes différents aussi bien dans leur forme que dans leur fond. Planète 24 décortique pour vous les orientations de leurs programmes pour vous aider à mieux choisir votre Président.

Macky SALL : Un avenir documenté…

 

En 56 pages, le programme  défendu par le candidat de Benno « Ligueyeul Euleuk » porte toujours le sceau de l’espoir… Dans sa vison pour le Sénégal, Macky Sall dit qu’il travaille pour l’avenir de la jeunesse… «Nous avons la responsabilité de léguer aux générations futures un pays prospère, par un eort individuel et collectif sur nous-mêmes. C’est ce qui me motive à rester dans le temps de l’action, en écoutant battre tout le cœur du Sénégal ; le cœur de nos villes et de nos campagnes, afin de poursuivre sans relâche la réalisationde notre objectif commun, pour bâtir un Sénégal uni et prospère, dans la paix, la solidarité, l’équité et la justice sociale : le Sénégal de tous, le Sénégal pour tous».

Son programme repose essentiellement sur cinq (5) grandes initiatives nationales pour construire l’avenir avec le fameux Programme Sénégal Emergent (PSE). Il s’agit du PSE jeunesse 2035, PSE économie sociale et solidaire, PSE société numérique inclusive, PSE reforestation durable du territoire national et le PSE cap sur l’industrialisation. L’APRiste ne veut pas manquer son rendez-vous avec l’avenir « Le Sénégal, notre pays, est dans une phase de transformation et de progrès que rien ne devrait interrompre ». Ainsi, partout où il va, il réitère ses promesses ou en faire de nouvelles notamment sur l’emploi des jeunes qui est un réel enjeu au Sénégal.

Idrissa SECK : un code bonifié

C’est lui qui présente le plus volumineux programme avec 147 pages. Idrissa Seck défini comme un stratège par les observateurs de la scène politique l’a démontré à travers son programme chiffré. Le fameux 1-3-15-45. Un message à décoder avec toutes les subtilités possibles.

Contrairement aux autres candidats, Idy nous présente son programme sous forme de codes, ce qui a fait l’objet de plusieurs questionnements sur ce que pouvait contenir ce 1-3-15-45 du REWMIste. Dans l’officialisation de son programme, il l’a démontré comme suit : 

1-Le chiffre un qui représente sa volonté de travailler pour le Sénégal en ces termes : « je veux que chacun de mes pas soit mesuré à l’aune de l’intérêt national du Sénégal. »

3- Le chiffre trois symbolise les trois piliers à savoir la gouvernance, l’économie et la sécurité, sur lesquels il fondera sa politique :

15- Le chiffre quinze, donne sens à la vision patriotique pour créer 15 types de Sénégal prospère, ambitieux, juste entre autres.

45- Et enfin le chiffre 45 qui capitalise la déclinaison de la politique une fois élu à la tête du Sénégal.

Ainsi, le programme de la coalition IDY 2019 est caractérisé par une redondance du mot SENEGAL (Sénégal prospère, Sénégal juste, Sénégal ambitieux, Sénégal équitable entre autres.).

Ousmane SONKO : un programme numérisé

Son statut du plus jeune candidat à cette élection présidentielle ne l’empêche pas de se tailler une place de choix dans l’opposition et de jouer au trouble-fête. En 17 pages, Ousmane SONKO dit toute sa volonté pour le Sénégal. Un populiste à l’image de Wade, il se fait remarquer par ses sorties fracassantes contre le système, faisant clin d’œil à la génération « selfie ».

Son programme est fondé sur une pensée numérique. SONKO, tout comme ses adversaires n’a laissé aucun volet en rade. De l’éducation avec la revalorisation de la fonction d’enseignant, en passant par l’agriculture, l’arche de guerre et à la souveraineté, il compte construire un système en proposant des solutions numériques.

De tout son programme, on voit que la notion de numérique occupe une place très importante dans les aspirations de SONKO pour le Sénégal : le numérique dans l’économie, le numérique dans le social, le numérique dans les assises juridiques. Conscient du développement du numérique au Sénégal et des perspectives de développement qu’offre aujourd’hui les ressources numériques pour la jeunesse et la réduction du taux de chômage, le leader de PASTEF décline d’ores et déjà sa vision pour le développement du numérique au Sénégal : « si l’économie du numérique concerne le secteur des TIC, l’économie numérique c’est l’usage pertinent du numérique au service de la création de valeurs dans les autres secteurs socio-économiques. »

Issa SALL, les valeurs « Pures » programmées en 4 pages

Du sang neuf PUR, voilà ce qu’Issa veut irriguer dans la sphère politique du Sénégal avec son programme décliné en 4 pages seulement. Peu connu de la sphère politique, il est néanmoins considéré actuellement comme l’une des grandes révélations de cette campagne présidentielle. Le constat est là ; il fait parti des candidats qui sont entrain de révolutionner le milieu politique. De ce fait, le noyau de son programme repose sur la notion de valeurs. Repenser et revaloriser nos valeurs pour garder l’ancrage traditionnel et faire face aux progrès de la modernité. Le programme de SALL pense aussi le désengorgement des filières littéraires, l’orientation d’avantage vers la technicité, l’apprentissage local d’un monde universitaire, d’asseoir une économie solidaire au niveau local et concurrentielle sur le toit international. Pour ceux qui appellent au changement politique, à une inclusion des classes populaires, à une adaptation aux valeurs endogènes, Issa SALL, l’homme souriant, offre, à sa mesure, sans doute avec quelques déficits des pistes de ce que pourrait devenir ce militantisme politique dans quelques années. Défiant tous ses autres adversaires de jurer de n’avoir jamais pillé les biens des Sénégalais, Issa se réclame un homme de sûres valeurs et PURes !

Madické NIANG : Un bonheur décliné en actions

Son programme est un programme de paix résumé en 5 petites pages. Avec Madické, rien que la paix ! Tout comme son slogan « jamm ak xeweul » (paix et prospérité). Il fait sa campagne autrement au point d’être la nouvelle coqueluche des réseaux sociaux en apportant la bonne humeur qui transparait dans l’intitulé de son programme. Bien que sa manière de battre campagne plane un peu sur l’humour, mais il n’en demeure pas moins que Me Madické Niang, le candidat « happiness » présente un programme riche et prometteur tout comme ses adversaires. Seulement qu’avec, le dialogue sera le fer de lance pour une paix durable. Instauré un climat de dialogue entre le gouvernement et l’opposition, convenir avec agents de l’administration des conditions d’un retour à la stabilité sociale. Il compte aussi impliquer toutes les parties prenantes et faire « en sorte que tous les sénégalais se sentent concernés et ayant conscience de la part qui leur reviendrait dans le pays : la chose la plus importante réside dans la promotion des valeurs du travail bien fait. »

Voilà en quelques lignes, les heureuses intentions des 5 candidats à la présidentielle du 24 Février. Elles nous conviennent ou pas, nous devons juste choisir le meilleur pour le Sénégal.

Issa FALL avec I.B.DIAGNE

 

La facture sociale de 125 milliards pour réélire ce candidat...


Le véritable combat, ce n'est pas la réélection de Macky, si l'on croit Alsane Sow Directeur de l’Administration Générale et de l’équipement à la Délégation Générale chargée de la solidarité nationale. « La réélection de Macky est une bataille déjà gagnée d'avance » soutient M. Sow qui ajoute : « Il s'agit en réalité du combat pour la consolidation et la continuité de la lutte contre la pauvreté, de l'autonomisation de couches sociales vulnérables et de personnes en situation d'handicap».

En effet, selon Alassane Swo , en 5 ans, de 2013 à 2018, à travers le programme de bourses de sécurité familiale, c'est au total 400 mille familles  qui ont vu leur condition sociale évoluée. Une manne financière de 125 milliards   a été injecte pour les sortir de la précarité et de la pauvre a-t-il fait savoir. En 2019,  300 mille nouveaux ménages seront enrôlés pour un budget de 30 milliards acquis à travers la loi de finance initiale selon le DAGE.
 Ainsi, argumente-t-il, «  un tel idéal social est à préserver et c'est pour cela nous nous sommes surs que la victoire est inéluctable pour notre candidat . Cette population aspire à la continuité dudit sentier, elle vote pour le second mandat de Macky ». Pour lui le second mandat qui sera social, après celui placé sous le sceau de l’émergence avec les «  grands sentiers ». Militant ainsi dans la commune des HLM où son mentor est toujours à la conquête. Il promet un renversement de la tendance: le second mandat de MACKY, c'est le défi des HLM. Le bilan social a été vanté par Salla Dago la présidente des handicapes.

Collé BAYO

  • Published in Faits

Des sénégalais d'Espagne courtisés par Idrissa Seck

Le mouvement JOG JOTNA a porté son choix sur la coalition Idy 2019.  Madeleine BAR et ses allies étaient hier devant la presse pour exprimer leur engagement sans faille pour la cause de la coalition Idy2019.

C’était en marge d’un atelier de formation sur les conduites à tenir avant, pendant et après le vote tenu au local 49 Méson des Paradés. Au cours de leur face à face Mme BAR n’a pas manqué de souligner que leur engagement aux côtés de Idrissa Seck constitue un choix purement citoyen hormis toutes contingences politiques politiciennes car, selon elle le candidat Idrissa SECK, est la panacée des problèmes auxquels les Sénégalais de la Diaspora sont confrontés.

Les responsables présents à cette rencontre ont tous  pris la parole et ont presque tous abordé leurs interventions dans le même sens en lançant un vibrant appel pour le retrait massif des cartes d’électeurs pour faire triompher leur candidat au soir du 24 Février 2019.

Momar Dieng Diop Espagne

Macky Sall à Guédiawaye : «Vous démontrez qu’il n’y aura pas combat dimanche»

Guédiawaye a bien fait de ne pas tenir son rassemblement à Amadou Barry. Le stade municipal serait exigu pour contenir tout ce beau monde. C’est une forte affluence, synonyme de grande sympathie mais surtout de confiance sans commune mesure au Benno, se réjouit Macky Sall. «Par votre mobilisation vous démontrez qu’il n’y aura pas combat dimanche prochain. Je pensais que Pikine avait gagné le pari, mais là, je suis incapable de vous départager. Il ne reste plus qu’à traduire les mobilisations en suffrages» poursuit Macky Sall. 

Guédiawaye modernisé ces sept dernières années

Le département de Guédiawaye, créé en 1967 pour recaser des déguerpis du centre de Dakar, a connu des avancées majeures en matière d’infrastructures, ces sept dernières années. Elle est devenue une cité moderne avec toutes les commodités nécessaires à une ville. Pour autant, le pouvoir du président Macky, ne s’arrêtera pas en si bon chemin. Il compte mettre le pied sur l’accélérateur pour en faire davantage, un endroit où il fait bon vivre. Le leader de Benno renseigne d’ailleurs que le BRT, une innovation en termes de mobilité urbaine, sera expérimenté à Pikine et à Guédiawaye. 

Pour l’heure, plusieurs nouvelles routes et avenues (27 kilomètres), ceinturées par l’extension de la VDN, ont été construites dans la commune. Aussi, à Guédiawaye, est-il érigé le plus grand hôpital du Sénégal. Dalal Jamm est un joyau architectural et un modèle d’infrastructure sanitaire, en attendant le centre d’expérimentation du pôle mère-enfant. Le chef de l’Etat a, en outre, satisfait une veille doléance des populations locales, relative aux cimetières musulmans (8 hectares) et chrétiens (4 hectares). Les murs sont, pour tous les deux, en train d’être construits. 

Deux universités à Guédiawaye

Dans un avenir proche, le département de Guédiawaye accueillera le pôle recherche et innovation de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, parallèlement à l’université virtuelle et l’espace numérique ouvert. Tandis que le lycée Limamoulaye qui a produit d’innombrables cadres sénégalais sera mieux doté pour continuer à former de vaillants intellectuels au service de la nation. Dans le domaine de la sécurité, les départements de Guédiawaye et Pikine lanceront bientôt les travaux de douze nouveaux commissariats de police.

Un Guédiawaye vert, innovant et créatif 

Un aménagement paysagé, des lampadaires solaires d’une valeur de 1,6 milliards FCfa et un investissement de 1,3 milliards FCfa dans les stades de Ndiarème Limamoulaye et Amadou Barry sont au programme du candidat de Benno. Autant d’actes posés et de projets qui amènent Macky Sall à dire : «N’allez pas vers une aventure sans lendemain, aux côtés de l’opposition. Le Guédiawaye du futur sera vert, innovant et créatif.»  

Sur un volet purement social, le Président Macky Sall annonce que «les déflatés de SOTRAC, AMA Sénégal et SOADIP seront accompagnés par un plan spécialement conçu pour eux». Pour l’heure, 11 milliards FCfa ont déjà été injectés pour endiguer ce problème qui pourtant est hérité du régime libéral à la tête du pays entre 2000 et 2012.   

Au cours de la journée, Macky Sall a baigné dans des foules partout où sa caravane qui a fait le tour des quartiers de Gédiawaye est passée.

De la Pur(e) et Apr(e) violence: la campagne electorale fait deux morts à Tamba

 
Les violents affrontements entre militants du Pur et les "marrons de feu" de l'Apr ont fait deux morts dont un du côté du camp présidentiel et une autre victime enrégistrée chez les "verts". Un jeune militant du Pur a été renversé par une voiture du convoi du candidat Issa Sall. Il aurait tenté de quitter la ville par une voie détournée, pour échapper à la furie des jeunes de Benno qui voulaient venger la mort de leur camarade selon le correspondant de Sud FM à Tambacounda.

L'opération "Milliards" de Madické Niang pour les mairies

« Les jeunes de Kédougou sont fatigués et désœuvrés, d’ailleurs une raison qui les a fait révolter le 23 décembre 2008 aboutissant à une mort d’homme » soutien le candidat Madické en camapgne dans le Sénégal oriental. Il s’engage à sortir la région de l’ornière une fois élu président de la république en dotant les régions en retard au plan développement comme Kédougou, d’un financement annuel de 5OO milliards de francs CFA. Il a aussi promis de retourner le fonds social à la région en y construisant des infrastructures routières, immobilières et sanitaires digne de ce nom.

C’est ainsi que, que son coordonateur régional à Kédougou Assane Cissokho, convaincu de l’attachement de son leader à la région à exhorté la population à s’unir derrière la coalition Madické 2019 et à voter massivement pour lui le jour du scrutin afin de le plébisciter comme nouveau président du Sénégal.

La région regorge d’importantes richesses naturelles comme l’or, le marbre, le fer entre autres qui pouvaient considérablement développer Kédougou selon le candidat Madické Niang. Il a par ailleurs évoqué la question du fonds social minier créé sous son magistère. Malheureusement ce fonds n’a rien servi à la région par ce que ceux qui sont là se sont accaparés de tout en leur faveur a laissé entendre Me Madické.

Subscribe to this RSS feed